Aissa Hamada, le baroque savoyard

Les Alpes accueillent chaque année de grandes manifestations liées à des sports d’hiver. Les traditions et la culture Savoyarde s’expriment en toute beauté lors d’une fête, d’une foire ou d’un festival. L’art baroque est incontournable, Aissa Hamada nous emmène à sa découverte, son histoire, son origine et sa beauté.

Aller à la découverte des arts savoyards avec Aissa Hamada

Il est inconcevable de rater la Maurienne, dans le val Montjoie ou la Tarentaise en suivant les « chemins du Baroque » même si « les clochers à bulbe des chapelles sont incontournables », même si « les églises romanes y subsistent » dixit Aissa Hamada (voir son profil).

Le style baroque montagnard existe typiquement dans la région Alpine, un style né d’une union de nombreux facteurs.

Facteur religieux

L’art baroque est né à Rome autour du XVIe siècle, et depuis, la ville s’est épanoui dans le protestantisme. Il s’agit pour les Eglises catholiques d’en rajouter la couche en réaction à la restriction par cette forme de religion réformée.

Facteur socio-économique

La Savoie a connu une démographie galopante et une nouvelle prospérité durant le XVIIe siècle. Les artisans Savoyards n’ont plus hésité à aller travailler jusqu’en Allemagne, dans les Flandres ou en Espagne tout en se nourrissant des influences venant de l’extérieur.

De nombreux artisans venant de Lombardie et de Lugano en Tessin ont également chargé leur connaissance et leur savoir-faire.

L’émigration

Les Savoyards ont employé les bras en plaine comme chauffeur de taxi, ramoneur, déménageur, porteur d’eau plutôt que de rester 5 mois dans la solitude et le gel avant de revenir pendant le printemps pour récolter les foins.

Ils préfèrent l’expatriation totale et certains ont même laissé leur descendant à Genève, à New York, à Vienne, etc. C’est les raisons pour laquelle la culture dans les Alpes est d’origine cosmopolite.

Les traditions savoyardes

Le costume

Le costume se compose pour les hommes d’un pantalon, d’une veste de laine, d’une blouse et d’un chapeau en feutre noir tandis que les femmes se vêtent d’une robe en drap de laine, d’un tablier, d’un bonnet et d’un châle.

Chaque village cherche à se distinguer par ses broderies et par sa coiffe toutes uniques les unes des autres.

La terre vernissée et la faïence

Plusieurs ateliers ont fabriqué de la faïence pour la bourgeoisie de Savoie et les souverains au XVIII et au XIXe siècle. Les centres de poterie appelée « commune » se sont accrus dans le Faucigny, le Genevois et le Chablais.

Les argiles séchées de toutes les couleurs sont employées pour des usages domestiques tels que les cruches, les assiettes, les pichets, etc. Cette tradition se perpétue jusqu’à maintenant grâce à quelques ateliers restants.

Les cloches

Les cloches fabriquées à Savoie sont célèbres dans le monde entier. La plus grosse cloche existant en France a été même fabriquée par la fonderie de cette région Alpine, c’est celle du Sacré Cœur de Montmartre.

Les sonnettes, les clarines et les clochettes ornant le cou des moutons et des vaches sont conçues de manière artisanale à Chamonix.