Ce que vous devez savoir sur les prothèses médicales et l’instrumentation chirurgicale

Considéré à l’origine comme simple accessoire mécanique, la prothèse médicale est devenue aujourd’hui un élément important pour remplacer ou consolider un membre ou un organe manquant. Elle est sollicitée pour venir en aider aux êtres humains surtout en cas d’amputation due à un accident, une malformation congénitale ou simplement une maladie pour rétablir le fonctionnement normal du patient. On se sert d’instrumentation médicale pour placer les prothèses médicales. L’objectif de cette technique est de pouvoir soulager une personne souffrant d’un de ces maux afin de lui redonner une certaine autonomie.

Prothèse médicale: Voici toute l’histoire

La prothèse médicale, à l’exemple de la prothèse de hanche, a été inventée pour soulager tout ou partie d’un membre ou organe. En effet, un des soucis de l’être humain est de pouvoir aider son semblable en difficulté, par exemple amputé. Sa préoccupation est de réussir à remplacer l’organe disparu afin de rétablir le fonctionnement normal de son organisme. Ainsi aujourd’hui le monde médical propose différents appareils internes ou externes pour substituer des membres disparus à cause de malformation congénitale, d’une maladie ou d’un accident.

Née du grec Prosthêsis, la prothèse est devenue actuellement un moyen sûr en médecine pour atténuer la souffrance d’une personne amputée tout en lui assurant une certaine autonomie. Cependant, il faut être assez prudent pour éviter toute confusion entre la prothèse et la greffe. Ce dernier procédé est une transplantation de tissu ou d’organe fourni par une autre personne ou un animal. Par exemple, le remplacement d’un rein humain est une greffe, cette opération nécessite le rein d’une autre personne ayant une compatibilité incontestable avec l’organisme du patient.

La prothèse n’est pas quelque chose de nouveau dans le domaine médical. En effet, elle tient ses origines depuis 2600 ans, au temps des prothèses égyptiennes d’orteil faites à partir de bois et du cuir. Malgré les traces d’usure visibles, elles font l’objet d’entretien au musée du Caire et au Bristish Mueum. Testée en laboratoire à Londres par l’universitaire Jacky Finch, la prothèse égyptienne du British Mueum est considérée comme étant la première fonctionnelle au monde. Mieux, elle est déclarée confortable et adaptée, après essai des bénévoles estropiés.

L’invention des lunettes, au XIIIe siècle, par le franciscain anglais Roger Bacon a marqué l’ère de la prothèse. Portées sur le visage, ces prothèses viennent remplacer la pierre ou la loupe inventée pour les lectures. Le pilon et le crochet firent leur apparition bien après. Ces appendices, chers aux pirates, étaient caractérisés par leur lourdeur et unifonctionnalité.

L’invention évolue sans cesse, le domaine de la médecine est arrivé aujourd’hui à un niveau de perfection inégalée avec les prothèses médicales. Ainsi ce net progrès a permis de mettre en place une main passive comprenant un pouce fixe ou mobile, un bloc de doigts fonctionnant grâce à un système d’arrêt progressif composé d’un mécanisme à ressort ou une prothèse de hanche. Il faut rappeler que la matière ayant servi à fabriquer la main est le fer.

De l’échec de la transplantation des dents à partir de défunts ou d’animaux, le monde scientifique, par ses recherches, a pu mettre au point la prothèse dentaire totale ou partielle faite en corail ou ivoire. L’avènement des guerres de sécession, première et seconde guerres mondiales ont occasionné des milliers d’amputés et cela a provoqué un essor remarquable de l’industrie prothétique.

Cette évolution a donc permis l’invention des prothèses simples telles que les deux lames en carbone que l’athlète sud-africain Oscar Pistorius utilise et les jambes artificielles commandées par la tête. Mais depuis 1980, grâce au progrès dans la chimie des matériaux, l’électronique et l’informatique, le monde de la prothèse va connaître un réel développement.

Les prothèses lourdes et unifonctionnelles vont ceder la place à celles plus légères et performantes. Elles sont adaptées à toute sorte d’organes du corps humain. Par exemple, il existe aujourd’hui des prothèses allégées (titanes), plus résistantes en carbone, plus petite, parfois commandée depuis la pensée. Ainsi grâce à la science, le monde connaît différents types de prothèses dont la prothèse de hanche, une des plus sollicitées pour les nombreux accidents de la cotyle ou de la tête du fémur.

Instrumentation chirurgicale : où en est-on ?

Pour réussir une intervention en chirurgie, il est certainement indispensable de solliciter un professionnel de santé performant et expérimenté. Posséder des instruments médicaux de très bonne qualité est également très important pour lui permettre d’être encore plus efficace.

Aujourd’hui le monde médical est équipé d’une instrumentation chirurgicale de pointe qui garantit le succès de différentes interventions, particulièrement dans les soins ou pansements. Ainsi les centres de santé mettent à la disposition des médecins une large gamme des ciseaux médicaux, pinces, aiguilles, éléments de suture et autres objets de l’instrumentation médicale très sophistiqués pour soigner les humains et même les animaux.

On ne peut réussir une opération chirurgicale qu’avec des instruments de très bonne qualité et cela est une des conditions indiscutables que doit exiger un bon chirurgien. Il doit avoir au minimum des pinces et ciseaux médicaux, bistouris, champs opératoires et le nécessaire de suture bien stérilisés et disponibles avant le début de toute opération.

Par ailleurs, les médecins spécialistes intervenant en podologie, gynécologie ou encore en ORL doivent exiger une gamme d’instrumentation chirurgicale spécialisée composée généralement de gouge de pédicurie, spéculums, Anse de Billeau et autre. Il faut penser aussi à rassembler tout le matériel indispensable aux injections et prélèvement pour l’analyse du sang. Pour un souci de sécurité médicale et pour éviter toute contamination, l’instrumentation doit obligatoirement être désinfectée, nettoyée et stérilisée avant et après chaque utilisation. Il faut la conserver dans un endroit bien propre, de préférence dans un laboratoire approprié.

D’ailleurs, il faut être équipé de bacs de trempage, stérilisateurs et bacs à ultrason pour mieux conserver votre instrumentation médicale. Cela peut garantir non seulement la décontamination de ces matériels médicaux, mais aussi leur qualité et leur efficacité en dépendront fortement.

Pour la plupart, ces instruments sont faits en acier et actuellement en plastique pour éviter leur oxydation au contact de l’eau et autres tâches. On utilise cette matière pour éviter non seulement qu’ils soient rouillés, mais également pour préserver l’affûtage et le fil tranchant. Ainsi en plus du nettoyage manuel, il est recommandé d’effectuer le nettoyage ultrasonique et le séchage.